26/05/2017

Le français, une langue très limitée

T.Bo., A quel âge l’enfant peut-il apprendre une seconde langue?, LB 25/03/1998

 

Tous s’accordent sur l’importance de l’entraînement de l’oreille. 

Sylvaine Drablier, directrice des Kiddy-classes: “Ainsi les enfants musiciens s’en sortiront mieux pour les langues étrangères.”  “De même que les Slaves dont la langue va du très aigu au très grave.  Ainsi, en russe, possédant toutes les fréquences utilisées dans les autres langues, apprendra plus rapidement une langue étrangère parce qu’il entendra très bien.”

Voilà donc pourquoi les francophones partent limités, eux dont le répertoire phonique est des plus étroits. 

 

 

 

Thierry Goorden, Cadres bilingues: une nécessité ou un impératif?, in: Intermédiaire, 19, 16/05/1988, p.11.

 

“(...) Jean-Pierre Van Binnebeek, responsable du centre de formation en langue et communication de la Générale de Banque, préfère attirer l’attention sur la différence qui existe dans la fréquence du langage entre le français et le néerlandais.  Le spectre de fréquence du flamand (sic) étant plus large, le néerlandophone capterait plus facilement les langues étrangères.  Par contre, l’étroitesse du spectre du français expliquerait, selon lui, que l’enfant francophone éprouve , dès l’apprentissage de sa langue maternelle, davantage de difficultés à capter des sons qui lui sont encore inconnus.”

 

 

Apprendre une langue, un jeu d’enfant !, AL 24/11/1993

 

« (...) La langue maternelle en français est une difficulté, puisqu’elle est incluse dans une bande de fréquences réduites. Ainsi, son oreille /=celle de l’enfant/ n’est pas exercée aux fréquences que l’on retrouve dans d’autres langues couvrant des bandes de fréquences plus larges, comme les langues germaniques. »

 

(professeur Dehan, pédagogue à l’UCL)

 

23:40 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.