11/03/2015

Le français provoque un retard mental.

J.-P. Stroobants, Les petits Wallons sont-ils bêtes?, LE VIF / L’EXPRESS, 01/08/1986, p.15-16

 

Certaines revendications flamandes s'appuient désormais sur des études indiquant que le retard scolaire est la règle en Wallonie. Mats on ne peut faire dire n'importe quoi aux chiffres.

 

A l'âge de dix-sept ans, 41 % des jeunes Flamands ont le bonheur d'accomplir des études sereines: ils n'ont pas eu à doubler de classe. Seuls 23 % des francophones connaissent cette joie.

Du côté des filles, la différence est encore plus nette : 62.5 % de Flamandes contre 36,4 de francophones. Si l'on prend les dernières statistiques disponibles - à savoir celles de l'année scolaire 81-82 -, on s'aperçoit, qu'à dix-sept ans,  le nombre d'élèves francophones masculins enregistrant un retard de deux ans est plus important que le nombre de ceux qui ont doublé une seule fois ou, pire, de ceux qui n'ont jamais doublé: ces catégories totalisent respectivement 27,8, 26,9 et 23,3 % de l'ensemble ! 14 % des garçons de Wallonie et Bruxelles ont même trois années de retard, ou plus (contre 3,1 en Flandre). 

A ces données il n'est pas mauvais d'adjoindre celles qui concernent l'école primaire : ne dit-on pas que les premières années d'école sont décisives pour un enfant ? On constatera donc avec effroi (et une triste constance) qu'à l'âge de onze ans, plus de 23 % des petits francophones ont une année de retard et que 8,7 % ont déjà dû doubler deux fois (21 et 7,1 % pour les filles).

 

(p.16) Selon le Pr Bouckaert (UCL), l’apprentissage de la langue française, de son orthographe illogique et de sa grammaire compliquée serait plus difficile que celui du néerlandais.

 

 

 

 

 

12:30 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.